mardi 24 août 2010

Mes lectures de cet été


Cet été, grâce à mes bonnes résolutions de la Coupe du Monde, j'ai pu mettre à profit l'immobilité imposée par mon état physique, et me plonger dans tout un tas de bouquins passionnants.
Je n'ai pas encore fini tout le tas de livres que j'avais commandés, mais voilà pour l'instant mon ressenti:


- "Apocalipstick", de Charlotte Marin:
Je valide. Une bonne chick-lit à la française, rédigée comme un scenario de film, qui se lit en un peu plus d'une heure, très drôle, parfait pour décompresser et passer un moment léger. Et qui m'a permis de découvrir que l'auteur était une comique qui chantait des trucs chouettes.

- "Mère et fils", d'Alain Braconnier:
Un essai psy qui m'a forcément intéressée, moi qui suis depuis peu curieuse de connaître tous les secrets de la gente masculine (phase nourrisson, j'entends), même si bon, un peu trop concret pour moi: un chapitre pour chaque déviance de l'ado mâle: "que faire quand votre fils: boit trop, se drogue, est en échec scolaire, s'est battu, est mutique, est complètement inhibé, etc...", c'est un peu refroidissant et pas très engageant à mon goût.
Mais le livre est intéressant. De toutes façons, dès qu'un psychologue dit à une mère que, quoique fassent ses enfants, si elle a fait comme elle a pu, elle aura été une "assez bonne mère", eh bien, ça me va.

- "La fenêtre panoramique" de Richard Yates.
Le best-seller américain qui a inspiré le film "Les noces rebelles" avec Leo DiCaprio et Kate Winslet (que je n'ai point vu).
J'ai beaucoup aimé et vous le recommande. La parfaite description critique de la société de consommation américaine dans les années 50, avec les petites vies étriquées en banlieue de famille middle-class, vides de sens malgré les apparences et le dynamisme économique des 30 glorieuses.
Si vous avez le moral, que vous êtes bien dans votre couple et que selon vous, le meilleur est toujours à venir, vous survivrez à la lecture de ce bouquin, très bon mais franchement lucide (= pessimiste?) sur la vie de famille, le couple, l'engagement, les choix de vie audacieux dont on rêve et qu'on aimerait faire mais qu'on ne fait finalement... pas. (ce livre pousse un peu à l'identification et à l'instrospection, attention).

- "Le livre de ma mère", d'Albert Cohen.
Pfiou! ma première rencontre avec Albert. Je savais que je devais lire ce chef-d'œuvre autobiographique de la littérature, cet hymne à la mère que tous les fils auraient aimé écrire.
Je n'ai pas regretté, il y a des passages terribles: le style d'Albert Cohen, très reconnaissable par ses répétitions, et l'absence de ponctuation, sert une déclaration d'amour simple et sobre d'un fils à sa mère qui vient de mourir. Tous les regrets du fils s'expriment: ceux de ne pas avoir été assez présent avec sa mère, "mère juive typique", d'avoir été trop dur avec elle, un peu trop secret, ou moqueur.
J'avoue que j'ai parfois été un peu dépassée par cette expression d'un amour absolu pour une mère idéalisée, un peu à l'ancienne, entièrement dévouée à son fils unique.
Mais je me suis identifiée au narrateur, notamment dans sa persistance, depuis le décès de sa mère, à voir la mort partout, qui ne peut que nous interpeller. Mmmmh, cette idée que le sapin qui composera notre cercueil est déjà en train de pousser dans une foret, quelque part...ou bien le fait de voir chaque petite jeune fille, guillerette et fraîche, marchant d'un pas décidé sur le trottoir en se croyant immortelle, comme un futur cadavre à l'horizontale... je ne sais pas vous, mais moi, ça me parle.
Et l'idée que, à mon tour, je serai mère d'un garçon, n'a pu que me rendre plus sensible à ce texte.
C'est, pour résumer, un livre à avoir lu dans sa vie.

- "Femmes qui courent avec les loups" de Clarissa Pinkola Estès.
J'ai voulu me plonger dans cet ouvrage, best-seller aux Etats-Unis, écrit par une psychologue-conteuse-poétesse-ethnologue et j'en passe, recommandé par une très bonne amie.
Ce livre fait ressortir, par le biais de contes et de poésies, l'animalité de chaque femme, l'instinct de mère, de louve, que l'on peut retrouver en chacune d'elle, même chez la plus occidentale qui soit. L'anti-Badinter par excellence, donc (si j'ai bien compris).
Eh bien j'ai lu une quinzaine de pages, et je n'ai pas pu continuer. "Gné?". Voilà mon analyse. Je suis restée complètement hermétique au style et au message de l'introduction, j'ai ressenti comme un rejet pour ce type d'écriture un peu métaphysique, un peu fouillis, peut-être trop abstraite ou illuminée pour ma petite caboche.
Je ne sais pas comment expliquer ça, cela m'arrive pour ainsi dire jamais. Peut-être que je m'y replongerai à une autre période de ma vie.

- Et enfin, j'ai lu... LE livre.
Je viens de le refermer il y a quelques jours. Bouleversant, magnifique, terrible, parfait, chef-d'oeuvresque. Un de ces livres qui vous marquent à vie, qui vous enrichissent, vous influencent et vous accompagnent tout le temps. Un de ceux dont les personnages, dont vous ne pouvez que vous sentir proche, même s'ils vous agacent parfois, restent toujours dans un coin de votre esprit.
Un de ces livres romanesques, acides, drôles et cruels, écrits par des auteurs exceptionnels, dotés d'une psychologie hors-du-commun pour pouvoir cerner aussi bien l'intimité de nos pensées.

Je vous en parle... dans mon prochain post.

à plus les gens! (et n'hésitez pas à commenter)

6 commentaires:

  1. Merci pour toutes ces infos qui me donnent des pistes pour mes prochaines lectures! Et j'attends avec impatience le prochain post bien sur! Emilie

    RépondreSupprimer
  2. Quel suspense!
    Vivement le prochain post!
    Merci pour toutes ces idées.
    Un autre très beau livre découvert cet été : "Le coeur cousu" de Carole Martinez. Très féminin, magnifiquement écrit, j'ai beaucoup aimé le lire enceinte (bébé prévu pour le 10/10/2010).
    Dorothée

    RépondreSupprimer
  3. j'ai également lu le coeur cousu cet été.... superbe!
    J'ai lu aussi "ce que le jour doit à la nuit de yasmina khadra (orthographe??), magnifique.
    Et "femmes qui courent avec les loups" je pense effectivement que c'est une question de moment, j'ai pu/su le lire 2 ans parès l'avoir acheté!

    RépondreSupprimer
  4. Quel suspense effectivement. Tu ne serais pas une pro du teasing par hasard ? :-))
    Quant à moi, mon coup de coeur de l'été aura été Le club des incorrigibles optimistes. Un roman foisonnant comme je les aime ! En dehors de cela, beaucoup de polars, vacances obligent !

    RépondreSupprimer
  5. hé hé... ce suspense est véritablement affreux, j'en suis bien consciente. Je reviens vite.

    RépondreSupprimer
  6. Oh là là quel suspense! En tout cas bravo, tu as des lectures variées et sérieuses. Moi je ne lis que des polars! :D

    RépondreSupprimer