lundi 30 avril 2012

Marine répond à la rumeur: "Non, je n'ai jamais porté de faux-ventre!"

Vous pensez sérieusement que je me serais amusée à acheter un Laurence Pernoud neuf, si je n'avais pas moi-même connu les joies de la délivrance (mauvais leggings de grossesse, contractions pourries, péridurale à retardement, points de suture, montées de lait sa race, sage-femmes acariâtres et bouffe de l’hôpital incluses) ?


Communiqué:
(I am Marine UneChambreàMoi and I approve this message.)

Chers lecteurs, chers fans.

Je tiens moi-aussi à prévenir l'auditoire et à répondre à la rumeur grandissante.
 Non, comme Beyoncé, je n'ai pas porté de faux-ventre. Mes deux grossesses ont été bien réelles. J'ai en effet retrouvé une ligne exquise de manière extrêmement facile et rapide (ce retour express à la perfection physique m'a moi-même étonnée).
N'en déplaise aux envieuses, je n'ai rien fait pour, puisque je suis une grosse gourmande, qui se nourrit, comme un cochon, exclusivement de junk food et ne fait jamais de sport. Mais j'ai un bon métabolisme, c'est pour ça.
 Bonne vivante, pleine d'appétit pour les nourritures terrestres, femme-femme, je suis aussi une éternelle sentimentale, et un seul regard plein de désir provenant de Jean-Chou, suffit à me faire perdre un kilo... l'amour me fait maigrir! (Dieu sait que mes accouchements ne m'ont jamais fait perdre une once de ma féminité, de ma sensualité -certes, déjà très affirmées à la base-... retrouvées elles aussi très vite, dès mon retour à la maison! Une piste, la clé du retour à une vie de femme épanouie, peut-être, chères lectrices?)

mardi 24 avril 2012

Osez le Féminisme... mais, si possible, plutôt à gauche!

... avec François Hollande!


Connaissez-vous l'association Osez le Féminisme?
Cette association féministe s'est fait connaitre notamment "grâce" à l'affaire DSK l'année dernière... je l'avais trouvée intéressante d'ailleurs... car dynamique, décomplexée, conviviale, au gout du jour...


Je me suis intéressée un peu à ce qu'elle faisait à cette "époque", et j'ai voulu suivre leurs actualités en cliquant "j'aime" sur leur page Facebook.
Comme toujours avec les assoc' féministes, je ne suis pas d'accord avec tout, j'adhère à certaines idées, mais je m'interroge toujours sur la pertinence du point de vue féministe, face à une question de société.
Tout voir par le prisme du féminisme, me parait parfois assez incongru. Il faut se battre pour la cause des femmes, la contraception, l'égalité des salaires par exemple... mais doit-on avoir une posture féministe sur TOUT? le sport, les loisirs, les vacances, la maternité, le scrap-booking, les poils, la comptabilité-gestion, la coiffure de ma voisine ou l'enseignement des SVT?

mercredi 11 avril 2012

"Egalia": théorie du genre et féminisme, dès la cour de récréation?


Il y a plusieurs choses passionnantes à découvrir en élevant des enfants, qui plus est, une fille et un garçon. En ce moment, comme je vous l'ai dit dans mon dernier billet, j'observe, fascinée, les jeux de mes enfants, et comme ces jeux se distinguent selon leur sexe.

Avant d'avoir mes enfants, je me disais que les trip Hello Kitty, le rose, les trucs à paillettes, ou à l'opposé, les jeux très masculins, tels que les voitures, les moto, les ballons, étaient d'abord la conséquence d'une éducation, de l'influence des autres... mais que ces phases si caricaturales n'étaient sûrement pas inévitables.
Bon. Maintenant, j'ai des enfants... et je peux vous dire que beaucoup de mes belles idées d'antan me paraissent, aujourd'hui, pas très pragmatiques, un peu utopiques, pas du tout lucides.

mardi 3 avril 2012

Us et coutumes de mes nains: "Rendez-vous en terre inconnue"

"Maman, on est prêts pour la cérémonie des bavoirs"

En ce moment, à la maison, je dois vous avouer que c'est un peu "Rendez-vous en terre inconnue", parfois.
Je passe beaucoup de temps, mi-fascinée, mi-médusée, à observer les us et coutumes du peuple de nains qui loge sous mon toit. Telle une anthropologue débutante perdue au fond de la jungle, j'étudie avec ravissement les comportements, techniques de communication et méthodes d'arts premiers auxquels ont régulièrement recours mes charmants enfants.

Mon fils est, par exemple, un adorateur des bouteilles de bière de son père. Il aime, dans une étrange chorégraphie, tourner autour à l'heure de l'apéro, pour en humer le parfum, tel un petit animal curieux de découvrir un nouveau territoire. Il aime aussi beaucoup terminer les fond de tasse de café (sans sucre), voue un véritable culte aux chaussures de sa mère, raffole des légumes verts et n'aime rien tant que se jeter à terre de manière psychodramatique, un râle terrible accompagnant sa chute, tel un vieil acteur ringard formé au Cours Florent. Son surnom, d'ailleurs, c'est FrancisHuster.
Nous, parents, tentons de comprendre les tenants et aboutissants d'un tel comportement, a priori absurde mais recelant certainement beaucoup d'enseignements à notre endroit.