dimanche 30 mars 2014

Papa explique la politique à T'choupi



"Maman, pour qui tu as voté, toi?
- Oh, mon T'Choupi, tu sais, ce n'est pas trop mon domaine, la politique. Tiens, aide-moi à débarrasser, et demande à ton papa.

Papa, comment on sait pour qui on doit voter?
Le papa de T'Choupi referme son journal:
- Allons mon T'Choupi, c'est assez simple: les hommes politiques se battent -avec des idées, pas avec des armes- pour qu'on désigne l'un d'entre eux comme chef. Ça s'appelle une campagne électorale. c'est très noble. Chacun a un programme pour notre pays. D'un coté, par exemple, il y a quelqu'un qui te propose de manger des bonbons toute la journée, de ne pas faire de sieste et d'aller au parc au lieu d'aller à l'école. De l'autre, un candidat te propose des chocolats à volonté, de fêter Noël une fois par mois, et d'envoyer tous les enfants en classe de mer à l'Ile Tchoupi tous les ans.
- Mmmmh, ça a l'air super! j'ai envie de voter pour les deux!
- Hé hé, attention mon T'Choupi, il y a un piège! l'un des candidats fait partie du camp des gentils, et un autre est très méchant. Il y a aussi des gentils modérés, des juste un peu méchants, et d'autres qui se placent bien au milieu. Celui qui te promet des friandises va finalement peut-être te forcer à manger des épinards et à faire tes devoirs! A toi de bien réfléchir.
- j'ai compris papa. Je pense que j'ai envie de voter pour les gentils. 
- Très bon choix mon T-Choupi! Allons aider Papicha à planter des carottes, maintenant.

mercredi 26 mars 2014

Mes films italiens contemporains préférés

Bonjour, lecteurs.

En tant qu'épouse d'un italien, fraichement détentrice d'un patronyme italien, élevant des enfants à sang italien, ayant passé toute ma jeunesse à la frontière italienne, dans une école où la moitié des camarades de classe avait un nom de famille italien ou/et parlaient italien à la maison, étant souvent partie en vacances en Italie avec mes parents, puis en amoureux (Sicile, Sardaigne, Toscane, lac de Côme, Frioul, Venise, Rome, Naples, Capri, Pompéi), possédant un sémillant beau-père résidant au fin fond de l'Italie, ayant pour habitude de faire quelques kilomètres en voiture pour aller à Vintimille acheter mes produits italiens régulièrement, vivant dans une ville française très proche de l'esprit des villes italiennes, et ayant pour ambition de connaitre l'Italie en long en large et en travers avant de mourir, je pense que vous n'allez pas m'en vouloir si je vous parle... des quelques films italiens récents que j'aime, que j'adore, que je vénère.

Les voici;
(à voir absolument en VO)

mercredi 19 mars 2014

En finir avec Eddy Bellegueule, d'Edouard Louis

http://livre.fnac.com/a6526580/Edouard-Louis-En-finir-avec-Eddy-Bellegueule

Je referme à l'instant "En finir avec Eddy Bellegueule", d'Edouard Louis.
Encore toute bouleversée par la lecture de cette auto-fiction, je ne vais pas me lancer dans une grande analyse, simplement réagir à chaud.

Le premier mot qui me vient, c'est Admiration. J'ai de l'admiration pour le courage d'Eddy Bellegueule (car c'est le nom original de l'auteur) de s’être extirpé du milieu social dans lequel il était enfermé, d'avoir grimpé l'échelle sociale, car il a compris, collégien, que ce serait le seul moyen de vivre heureux, en conformité avec ses gouts, ses passions, son homosexualité.