lundi 5 janvier 2015

Coup de coeur: "La Chair Interdite", de Diane Ducret


Je termine la lecture de La Chair Interdite, de Diane Ducret (éditions Albin Michel).
J'ai trouvé chacune de ses 368 pages passionnément instructives.




Quand je prends un peu de recul sur mes lectures, les livres qui m'intéressent, romans ou essais, tournent souvent autour du sujet du féminin. La vie des femmes, des mères, de leurs pensées les plus intimes aux détails plus factuels de leur vie quotidienne, aujourd'hui et hier... ça me turlupine depuis toujours, j'ai une grande curiosité pour ce thème.

J'ai pris un grand plaisir à la lecture de cet essai, très documenté, sur l'histoire du sexe féminin.
Une écriture franche, efficace et parfois crue, comme je l'aime, qui va droit au but.
Un livre, certes troublant parfois, mais vraiment loin du coquin ou de l'affriolant... sa lecture aura plutôt tendance à vous estomaquer, vous révolter... et, si vous êtes une femme, vous rassurer d’être née dans une relativement bonne partie du monde, à peu près à la meilleure époque.


J'ai été assez fascinée par la peur et le dégout que le sexe féminin a déclenché chez les hommes, de l'Antiquité à nos jours. Certes, l'ignorance scientifique était, au départ, la source de tous les fantasmes, mais même une fois mieux compris le fonctionnement du corps féminin (c'est à dire, très tardivement), c'est assez étrange de découvrir, chez les grands artistes, écrivains, peintres, psychanalystes du XXème siècle, comme ce dégout a perduré. Comment les hommes peuvent-ils être à ce point attirés par le sexe opposé tout en éprouvant autant de dégout et de peur pour leur vagin, source pour ces pauvres mâles de castration, de morsures, de malédictions et autres maladies dégoutantes?

Le sexe des femmes (et ce, dès qu'elles sont petites filles) est depuis toujours soumis à la toute puissance masculine. Ainsi, pour compenser le mystère de la puissance de la jouissance féminine, et celui de l'enfantement, les hommes, issus pourtant de ce sexe de femme, ont eu le besoin de le cantonner à la honte, à l'humiliation, au tabou, à l'opprobre, voire aux accusations de sorcellerie.

On découvre dans ce livre les multiples techniques inventées et contrôlées par les hommes, toutes plus inventives les unes que les autres, pour contenir, réglementer, voire souvent interdire le plaisir féminin:
ceintures de chasteté et excision, par exemple, n'étaient pas seulement l'apanage d'époques ou de pays lointains et sauvages, mais ont existé jusqu'à récemment en Europe. Le controle des naissance, de la fertilité, l'encadrement des avortements, la grossesse, l'accouchement, les protections hygiéniques... mais aussi l'épilation, l'hygiène... tout était (et est encore, dans certains cas) sous contrôle des hommes, et organisé en fonction de ce qui servait leurs propres intérêts (y compris financiers), angoisses ou obsessions: le but étant de rester maitres de leurs épouses, de continuer à avoir le monopole du plaisir sexuel et le privilège des relations extra-conjugales.

Les petites filles et femmes occidentales ont ainsi servi de cobayes à l'imagination débordante de grands médecins, scientifiques: camisoles ou ceintures de métal pour empêcher les petites filles de s'explorer, excisions, mutilations en tous genres, recours aux séances de traitement de la fameuse "hystérie", maladie mentale fort répandue, puisque touchant quasiment toutes les femmes, qu'elles soient frigides, épanouies sexuellement, jeunes, vieilles, intellectuelles ou illettrées... les détails des méthodes employées font froid dans le dos. Les artistes du XXème siècle (célèbres dadaïstes, photographes, poètes ou écrivains) n'étaient pas à une contradiction près pour ce qui était des comportements pervers, mêlant souvent admiration, désir pour le sexe des femmes, et misogynie, mépris et dégout.

Et l'on a la preuve, si l'on en doutait, que la barbarie n'a décidément pas de frontières; c'est fou comme le viol comme arme de guerre, la tonte des femmes comme vengeance (cheveux mais aussi pubis, souvent assortie d'un viol en public sur l'estrade à la Libération, reprenant les mêmes codes que les tontes des femmes par les nazis à leur arrivée dans les camps), la séquestration et la torture sont communes à tous les peuples, et à toutes les époques!

J'ai été très intéressée par les différentes études ethnologiques, dans différentes tribus d'Afrique ou d'Amérique du Sud, montrant la grande codification, ritualisation, de la sexualité des femmes, de leur enfance à la puberté, jusqu'au mariage (là encore, tout un tas de sévices leur ont été -ou sont encore- infligés - comme l'étirement des grandes lèvres ou l'excision).
Certains rituels de femmes africaines, se réunissant et se mettant nues devant les hommes du village afin de les humilier après avoir été offensées par l'un d'entre eux, pourrait être comparé, pourquoi pas, à ce que pratiquent les Femen aujourd'hui (bien que le sens des actions de ces dernières me paraisse assez incompréhensible et bourré d'incohérences...)

Refermer ce livre permet aussi, personnellement, de le mettre en perspective avec notre apparente "liberté totale" de femmes modernes occidentales. Apparence, chirurgie esthétique, séduction, épilation, régimes, pratiques sexuelles et consommation du sexe comme "loisir" (habillement, sex-toys et autres sources de dépenses), prostitution "libre"... sommes-nous réellement libérées de l'oppression et du regard masculin?


Je n'irai pas plus loin dans les détails, car je risquerai de copier-coller intégralement le livre, tant chaque page m'a appris de choses.
J'ai été vraiment bluffée par la somme de travail réalisée par l'auteur, par le nombre de notes et ses multiples sources.

J'ai aimé ce livre pour sa rigueur, mais aussi pour l'humour et l'ironie, disséminés ça et là par l'auteur (car si l'on ne se moque pas un peu, on se révolte dix fois par page... impossible).
 Ce n'est pas un pamphlet féministe, simplement un travail de recherche historique et ethnologique...
Bon, après, si en refermant ce livre vous réussissez à être persuadé de ne pas être féministe, c'est, ma foi, votre opinion... et surtout, un tour de force!

Femmes, et hommes qui avez une femme, une fille, une mère, une soeur...
Lisez-le.



Note de l'éditeur:

« Chair interdite depuis la naissance de la civilisation, le sexe des femmes nourrit les peurs des hommes, leur fournit plaisir et naissance, attise le désir autant que la haine. Tantôt exilé, maudit, conspué ou consacré, mutilé autant qu’embrassé, il aura toujours quelque chose à se reprocher. Il a dicté ses lois et ses désirs à l’histoire de l’humanité. Quand bien même certains hommes, certaines politiques ou religions tentaient de lui prescrire leurs volontés, leurs fantasmes, leurs interdits. »

Des sulfureuses déesses antiques à la découverte du Point G sous la menace des nazis, des malheurs de Voltaire face aux ceintures de chasteté, à la création de Playboy en passant par les tondues singulières de la Libération, Diane Ducret, l’auteur de Femmes de dictateur, raconte le sexe féminin. Un  livre cru, troublant, passionnant : l’énigme d’une source de séduction et d’effroi enfin dévoilée.

5 commentaires:

  1. Ca fait froid dans le dos tout de même! Je sais pas si j'aurais la force de le lire. Suis encore dans ma période bisounours où je veux croire que le bébé (fille) que j'ai mis au monde il y a 9 mois n'a pas atterri chez les fous mais dans un monde de douceur ouatée. Je redescendrai sur terre plus tard je pense...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends tes doutes! Mais le livre n'est ni racoleur ni trash, il se lit avec plaisir, et comporte les touches de legerté nécessaires qui permettent de reprendre sa respiration.
      Mais c'est sur qu'il n'est pas à mettre entre les mains des plus jeunes...
      On nous apprend, adolescents, à l'école, une Histoire nettement plus édulcorée... Avec des personnages célèbres mis sur un piédestal, comme Freud par exemple, ou les grands scientifiques et découvreurs, alors qu'ils mériteraient plus de nuance dans le portrait qu'on fait d'eux, particulièrement e ce qui concerne la misogynie et le mal qu'ils ont fait aux femmes.

      Supprimer
  2. Je viens de l'acheter mais je ne l'ai pas encore lu... Je te recommande vivement du même auteur Femmes de Dictateurs, tu ne devrais pas être déçue !

    RépondreSupprimer
  3. Oui ça me donne envie, du coup! Et aussi "corpus equi", roman autobiographique sur sa passion du cheval qui l'a aidée à se remettre d'un grave accident.
    Décidément, cette fille à tous les talents.

    RépondreSupprimer
  4. Je note ton précieux conseil. Merci.

    RépondreSupprimer