mardi 7 avril 2015

BD: "Le Monde d'Aïcha, luttes et espoirs des femmes au Yemen", d'Ugo Bertotti



J'ai lu une très belle bande-dessinée: Le Monde d'Aïcha, d'Ugo Bertotti (éditions Futuropolis).
Le dessinateur a été contacté par la photographe Agnès Montanari, installée au Yémen pour suivre son mari, qui avait entrepris un travail sur différents portraits de femmes dans ce pays. Son projet ayant été empêché pour des raisons que l'on devine, le dessinateur a pu compléter son travail.  L'usage du texte et du trait de crayon étant plus libres que celui de l'appareil photo, ce livre rend la parole à ces femmes.



J'ai été marquée par la différence des portraits: il y a des femmes soumises à leur destin, nées dans des familles très pauvres, mariées de force avant la puberté, enchainant les grossesses dès leurs premières règles et subissant leur courte vie, du début à la fin, au fin fond de la campagne.





Il y a aussi des portraits de femmes de caractère, vivant dans la capitale Sana'a, qui se battent pour s'en sortir. Une femme sans mari n'est rien, au Yemen... une veuve risque beaucoup. Mais pour certaines, ce malheur est aussi l'occasion de se prendre en main, seules, afin d'élever leurs enfants. Certaines se battent contre les qu'en-dira-t-on et réussissent à travailler, et même à réussir.
Il y a des portraits de jeunes femmes instruites, qui travaillent, confrontées aux manières de penser occidentales, élevées par des mères fortes ... tiraillées entre leur envie d'indépendance et de liberté, et les traditions de leur pays, qu'elles respectent, contestent et défendent à la fois.
 Il s'agira pour beaucoup d'entre elles d'avoir la chance d'être accompagnées de maris qui les soutiennent et les comprenne... et au Yemen comme partout, il y a des hommes divers, certains meilleurs que d'autres. Même si la culture patriarcale est extrêmement présente, et qu'on ne se défait pas en quelques secondes d'une éducation millénaire qui transmet l'idée aux petits garçons qu'il seront supérieurs aux filles.










J'ai aimé ce livre, dans la forme, car il mêle les dessins aux quelques rares photos qu'Agnès Montanari a pu exploiter. Le noir et blanc est très graphique, sobre, rappelant la teinte radicale de la tenue des femmes, avec une dimension dramatique que la couleur n'aurait pas apportée.

Dans le fond, car les différents témoignages de femmes sont passionnants, et tout à faits exempts de préjugés occidentaux. Le voile est omniprésent, et pour nous, lecteurs occidentaux, c'est ce qui saute aux yeux en premier... mais finalement, en refermant le livre, notre regard a évolué: tout comme la photographe, au fur et à mesure du temps passé avec elles, on ne s'est plus focalisé uniquement sur ce niqab omniprésent, mais on a fait un pas de plus: on s'est intéressé aux personnalités, sentiments et réflexions des ces femmes, cachées dessous. Comme elle, on ne s'est pas contentés de faire du "tourisme" mais on est allé rencontrer l'habitant, et sa culture fascinante: On a appris à reconnaître ces femmes, au son de leur voix, à leur démarche, au maquillage de leurs yeux (car la féminité, la séduction, trouvent toujours un terrain, même tout petit, pour exister!)

Et c'est bien ce qui frappe: derrière ce voile que l'on oublie (presque), il y a des femmes, qui analysent avec lucidité leurs rêves et leurs espoirs, et un regard vrai sur le Yemen, magnifique pays dans lequel règne une culture rigide et dure, à forte dominante tribale (il est très peu question de religion dans ce livre, voire pas du tout)... mais il y a surtout la prise de conscience de ce qui nous unit, nous les femmes occidentales "libres", et ces femmes yéménites, qui existent bel et bien, derrière leur niqab.

Ce livre est un passionnant voyage, un changement de centre de gravité, objectif, sans jugement... un vrai travail de photographe, en somme, retranscrit en dessins.
Et un très, très bel hommage aux femmes...






Le Monde d'Aïcha, éditions Futuropolis

"BD: Le Monde d'Aïcha, ou la vie derrière le niqab" (article de Jeune Afrique)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire