mercredi 23 mars 2016

Je ne veux plus de ces dessins



J'ai vraiment de plus en plus de mal avec ces dessins qui font le buzz, ces rassemblements, ces réunions d'hommages organisées à la lumière des bougies, au son de la douce voix de John Lennon, parce que nos fleurs sont bien plus fortes que leurs fusils (haha)

J'ai de plus en plus de mal à nous voir nous habituer à l'indicible, accepter gentiment l'inacceptable, à coups de "tenons-nous la main et tout ira bien"... Comme si le premier réflexe de nos dirigeants maintenant était non pas de prendre les armes mais de baisser les yeux en regardant leurs chaussures et en chantant des berceuses, nous encourageant à faire de même.


jeudi 17 mars 2016

Notre gestion des écrans avec les enfants




Le sujet des écrans est partout. On vit dans une époque ultra-connectée, Jean-Chou et moi-même sommes, comme tout le monde, très connectés aussi.
Forcément, la question de l'éducation de nos enfants dans ce monde se pose, au quotidien.
On évolue tranquillement, en les voyant grandir, en observant autour de nous... tout en ayant des principes éducatifs assez forts sur ce sujet sensible.


Nos enfants ont très peu accès aux écrans à la maison.
Notre premier iPad avait des jeux installés dessus... Ils y jouaient parfois (de manière très réglementée), mais je n'aimais pas les voir devenir addict, stressés, énervés après avoir passé une heure dessus. Sans parler de l'effet "temps perdu" causé par ce genre d'activité chronophage et virtuelle... laissant systématiquement un petit gout amer à la fin (oh ben flûte on n'a pas eu le temps de jouer pour de vrai!), ni du regard hagard et vitreux dans lequel ce genre d'activité laisse les enfants, ambiance "débranchez votre cerveau et déposez-le à l'entrée", qui ne m'a jamais procuré de joies particulièrement notables dans mon parcours maternel)
Cet iPad s'est cassé, et nous nous sommes aperçus que ces jeux ne nous ont jamais manqué.


lundi 7 mars 2016

"Violette", de Jehanne N'Guyen. Un premier roman sur le deuil et la reconstruction.



J'ai reçu il y a quelques semaines le livre qu'une de mes lectrices a écrit. Son premier roman. Il s'agit de "Violette", de Jehanne Nguyen (aux éditions Quasar)

J'aime lire, j'écris régulièrement des critiques ici, mes lecteurs le savent... je suis donc à chaque fois touchée et ravie que des auteurs m'envoient leur travail.
Après avoir reçu leur livre, je le pose dans ma bibliothèque, bien en vue (je suis assez désordonnée, je lis plusieurs livres à la fois, j'ai une pile-à-lire qui grossit à vue d’œil...) et je me prends à douter: ai-je eu raison d'accepter? Il va falloir que je trouve du temps pour le lire, moi qui ai, comme la plupart des gens je pense, un rapport si instinctif et si inexplicable à la lecture... lire est un acte intime, on ne peut pas forcer quelqu'un à lire... et si je n'aime pas? comment le dire à l'auteur sans le froisser?


samedi 5 mars 2016

Il y a huit ans, notre apprentissage du métier de parents.




Je suis tombée sur ces photos et j'ai eu envie d'écrire quelques mots.
Ces photos, ce sont des souvenirs de bonheur, qui ont presque 8 ans maintenant.
En juin 2008, trois semaines après la naissance de notre premier enfant, nous sommes partis de Paris, et, avant d'aller sur la Côte d'Azur dans ma famille, nous nous sommes arrêtés en chemin pour passer deux semaines dans le Luberon.


mercredi 2 mars 2016

Mère au foyer, ce n'est pas un métier.


https://7alamaisonblog.wordpress.com/2016/03/02/non-mere-au-foyer-ce-nest-pas-un-metier/


J'ai lu sur un blog, tenu par une mère de famille nombreuse recomposée, et institutrice (et soeur de Marlène Schiappa, qui tient le -très intéressant- blog "maman travaille") un billet intitulé "non, mère au foyer, ce n'est pas un métier".

Étant mère au foyer, qui n'a jamais considéré que son statut était un "métier" mais un simple choix de vie, le ton clivant, docte et affirmatif de ce titre un brin aguicheur a forcément titillé ma curiosité. j'ai donc cliqué (je sais, le mercredi, je suis une faible femme).

Certains points sont tout à fait justes.
Mais il me fait tout de même un peu tiquer car j'y vois un vrai jugement de valeur.